sam. Août 17th, 2019

ET SI… Golden State avait remporté les Finales NBA 2016 ?

19 juin 2016, septième et ultime rencontre dans la baie de San Francisco entre Golden State et Cleveland.

Fort de son titre NBA acquit l’année précédente face à cette même équipe de Cleveland, les Warriors comptent réaliser le « Back to Back » en réitérant l’exploit.

19 juin 2016, septième et ultime rencontre dans la baie de San Francisco entre Golden State et Cleveland.

Fort de son titre NBA acquit l’année précédente face à cette même équipe de Cleveland, les Warriors comptent réaliser le « Back to Back » en réitérant l’exploit.

La Final 2015 avait fondé des critiques sur le mérite du graal obtenu car Kyrie Irving et Kevin Love, lieutenants de Lebron James étaient blessés.

La saison 2015-2016 des californiens relève de l’impossible, ils établissent un nouveau record de victoire atteignant la barre des 73-9. L’ancienne marque des Bulls (72-10) datait de vingt ans. L’exploit ne s’arrête pas là puisque le meneur Stephen Curry met 402 tirs à trois points sur l’ensemble des 82 matchs (une saison NBA comporte 82 rencontres).

Il est logiquement couronné du titre de Most Valuable Player pour la seconde année consécutive face au texan Kawhi Leonard et l’incontournable Lebron James.

Il devient le seul joueur de l’histoire à terminer une saison à plus de 30 points par match et avec des pourcentages supérieurs à 50 % aux tirs, 40 % aux tirs à trois points et 90 % aux lancers-francs.

Cette élection entre dans l’histoire, Curry devient le premier joueur élu à l’unanimité. Le débat fait couler beaucoup d’encre ; les journalistes et les puristes se demandent alors « Michael Jordan, le plus grand joueur de tous les temps n’a pas été élu à l’unanimité, donc pourquoi lui ? Il n’a rien prouvé de plus ! ». Vingt ans jour pour jour que Jordan marchait sur la NBA avec Chicago. Le record 72-10, le titre de MVP de la saison régulière et des « NBA Finals » puis le titre. L’histoire veut donc que si les Warriors veulent être la seule équipe comparable à l’épopée des Bulls, la victoire est impérative.curry mvp

Stephen Curry avec ses deux titres de MVP des saisons 2015 et 2016.

 Le parcours en play-offs est différent entre les deux finalistes.

Tout d’abord à l’Est, les Cavaliers enchaînent le premier tour et les demi-finales de Conférence sans concéder la moindre défaite et s’impose 4-2 face aux Raptors de Toronto.

Quant à eux les Warriors tombent sur une solide équipe d’Oklahoma. Ils deviennent le troisième champion sortant à revenir d’un déficit de 3-1 dans l’histoire des play-offs avec le record de shoots à trois points pour Klay Thompson avec un magnifique 11/18.  « Chef Curry » et son armée de guerriers défient une nouvelle fois les cavaliers du « King » Lebron James qui n’est pas à son premier coup d’essai ; il dispute ses septièmes finales consécutives avec pour le moment que deux titres à la clé avec le Heat de Miami.

Les premières rencontres sont d’une incroyable suprématie, les victoires s’accumulent avec des différences de points jamais vu en finale. À l’Oracle Arena pour le « Game 5 » Golden State peut fêter son titre à domicile car la boucle semblait bouclée avec trois victoires pour une défaite. C’est sans compter sur la révolte de Cleveland ; James et Irving comptabilisent 82 points à eux deux, c’est du jamais vu !

kyrie et lebron

Des stats qui donnent le tournis !

Le « Game 6 » est marqué par un énorme contre de James sur Curry et l’exclusion de ce dernier après avoir lancé son protège dents dans les tribunes.

L’ultime match voit les deux cadors de la NBA s’affronter le 19 juin 2016 à Oakland. Le doute a basculé de camp depuis la dernière rencontre en Californie lors du cinquième match. On assiste à une lutte acharnée, sur le parquet on se rend coup pour coup.

Les tireurs d’élite Curry, Thompson et Green sont au rendez-vous à trois points pour les Warriors. Les Cavaliers ont « Uncle Drew » (Kyrie Irving), James et JR Smith qui assurent de leur côté aux tirs à longue distance. Une incroyable intensité gagne l’enceinte californienne, le score est de 89-89 et à deux minutes de la fin Curry et Iguodala entament une contre-attaque pour prendre l’avantage mais c’est sans compter sur « The Chosen One » Lebron James qui assène un contre tonitruant sur la tête du MVP des finales 2015 Iguodala.

Le « Game 7 » prend une tout autre tournure car les Cavs ont la possession pour mener au score. À moins d’une minute de la fin, Irving est face à Curry, il prend le shoot, un silence plombe l’ambiance électrique de l’Oracle Arena. La balle s’envole au-dessus des joueurs et le commentateur scande « IRVING FROM DOWNTOWN ! »

titre 2016

Cleveland célébrant son titre.

Les Cavaliers remportent leur premier titre NBA et enterrent la malédiction de l’état de l’Ohio qui a fait face à cinquante-deux ans de disette tous sports confondus. Accablés les Warriors, tête basse viennent d’écrire l’histoire de la saison regorgeant le plus de record depuis la création de la NBA.

tir de kyrie

Le shoot emblématique de « Uncle Drew »

 

« Il me fallait la Mamba Mentality »

Rapport Irving en conférence de presse en référence à son tir victorieux. Son clin d’œil étant destiné au tout jeune retraité Kobe Bryant « The Black Mamba » légende des Los Angeles Lakers.

Lebron James tient donc sa promesse de ramener un jour un titre NBA à la franchise qui l’a drafté, un long périple et une attente de treize ans après son arrivée dans la grande ligue. Le voilà couronné de sa troisième bague de champion et celle-ci quelle fut compliquée à décrocher. Il en tombe à la renverse suite au buzzer final.

Quelle aurait été la destinée des acteurs de ces Finales si les Golden State avaient remporté le titre ?

-Les Bulls sont oubliés :

Les Warriors surpassent les Bulls et effacent l’idée que la meilleure équipe de tous les temps est celle de Jordan en 1996. Les ventes de la marque emblématique de ce dernier en prennent un coup.

-Lebron James devient le « King » de la loose :

Septième finale de rang perdue, il ne tient pas sa promesse et à 31 ans voit sa volonté d’accrocher les six couronnes de MJ23 s’estomper. Sa carrière aura été grande et belle mais un détail le hantera à jamais, sa promesse non tenue.

-Curry devient la nouvelle image de la NBA suite aux nombreuses retraites :

 Suite aux retraites de Bryant, Duncan et Garnett le meneur de San Francisco devient le leader incontesté de sa génération écrasant la suprématie absolue de James.

-Le MVP est l’égal de Michael Jordan :

 Les médias s’affolent et la comparaison prend une ampleur considérable. Deux décennies d’écart avec la saison historique des Bulls de Jordan, les Warriors rendent l’année 1996 anecdotique et Curry annonce vouloir engendrer les titres et les records pour prendre le trône de MJ.

 -Les Warriors snobent la free agency et ne signent pas Kevin Durant :

 Avec son « Back to back » en poche les dirigeants de la franchise ne voit pas l’intérêt d’engager le MVP 2014 pour créer une Dream Team incontestée. Durant reste donc à Oklahoma avec son compère Westbrook. Depuis la finale de conférence perdue les coéquipiers du Thunder rentrent dans une confrontation historique avec les Warriors.

-Tyronn Lue est viré :

Tout comme son prédécesseur David Blatt, Lue est viré du poste d’entraineur des Cavaliers au soir de la défaite. Une envie de renouveau est recherchée pour l’équipe de l’Ohio.

 

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :